P.2005/GLS

Caractéristiques

Le calibre P.2005/GLS (pour Galileo Luna Scheletrato) est le mouvement squeletté de L’Astronomo - Luminor 1950 Tourbillon Moon Phases Equation of Time GMT. Il est personnalisé en fonction des coordonnées géographiques d’un lieu sélectionné par l’utilisateur. L’Astronomo Panerai premier du nom a été présenté en 2010 pour commémorer le quadricentenaire des observations célestes effectuées par Galilée grâce à l’invention du télescope. Ce fut le premier garde-temps Panerai à incorporer un régulateur à tourbillon, un calendrier, un indicateur de l’équation du temps et un indicateur de l’heure de lever et de coucher du soleil. Le nouveau modèle offre une palette technique non moins remarquable, avec en prime deux innovations : un indicateur des phases de lune et un système d’affichage inédit de la date au moyen de verres polarisés. L’INDICATEUR DE PHASES DE LUNE Au verso du calibre P.2005/GLS qui anime L’Astronomo, on remarque un indicateur jour/nuit. Celui-ci permet également de distinguer clairement les phases de lune, au moyen d’un dispositif constitué de deux disques superposés qui effectuent leur rotation simultanément. Le disque supérieur – dont la lecture est assurée par un petit index externe fixé sur le mouvement – affiche les 24 heures, figurant un soleil pour les heures diurnes et un ciel étoilé pour les heures nocturnes. Au centre de ce ciel étoilé s'ouvre un petit guichet arrondi laissant entrevoir le disque inférieur. Ce dernier représente la lune, dont les contours évoluent chaque jour à mesure que le disque effectue une rotation quotidienne d’environ 6,1°, chiffre calculé à partir de la durée exacte d’un cycle lunaire complet (en moyenne 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 3 secondes). Chaque mouvement étant fabriqué sur mesure selon les coordonnées géographiques d’un lieu sélectionné par le propriétaire de la montre, l’indicateur des phases de lune se réfère toujours à la partie du ciel visible depuis ce lieu. Naturellement, il prend également en compte la différence entre les hémisphères nord et sud. De la même manière, les indicateurs de l’heure de lever et de coucher du soleil sont configurés selon l’heure locale. Ainsi, lorsque le propriétaire de la montre se trouve dans un autre fuseau horaire que celui de la ville sélectionnée, ces indications sont alors basées sur l’heure indiquée par l’aiguille GMT. Enfin, on note à 6 heures l’indicateur linéaire de l’équation du temps, qui affiche chaque jour la différence entre l’heure réelle (jour solaire) et l’heure conventionnelle, écart variant entre +15 minutes et -15 minutes selon la période de l’année. UN GUICHET DATEUR À VERRE POLARISÉ CONÇU POUR S’INTÉGRER PARFAITEMENT AVEC LE MOUVEMENT P.2005/GLS SQUELETTÉ Outre l’indicateur des phases de lune, le calibre P.2005/GLS à remontage manuel possède également l’échappement à tourbillon caractéristique de Panerai. Celui-ci peut être admiré côté cadran ou côté fond, grâce au travail de squelettage sophistiqué et à l’absence de cadran à proprement parler. Tous les éléments propres à un cadran traditionnel apparaissent sur le mouvement ou sur le rehaut. Les deux barillets qui emmagasinent une réserve de marche de quatre jours sont visibles à travers le fond ajouré, lequel permet également de lire l’indicateur de réserve de marche placé sur le mouvement. Compte tenu de la structure particulière de cette montre, un disque de la date conçu de manière traditionnelle serait visible et recouvrirait une partie des composants, ce qui détruirait en partie le charme du squelettage. LE RÉGULATEUR À TOURBILLON BREVETÉ PAR PANERAI Grâce au système breveté par Officine Panerai, la rotation du tourbillon diffère du tourbillon classique. La cage du balancier tourne continuellement sur elle-même, de manière à corriger les écarts dus à la gravité et aux éventuels frottements. Avec ce mécanisme novateur breveté par Panerai, la cage tourne selon un axe perpendiculaire et non parallèle à celui du balancier. En outre, le tourbillon du calibre P.2005/GLS effectue deux révolutions par minute, contre une seule dans le cas d’un tourbillon classique. On peut le constater en observant l’indicateur placé à l’intérieur du compteur de petite seconde à 9 heures. Cette vitesse de rotation accrue et la disposition particulière du mécanisme permettent de compenser plus efficacement les écarts de marche éventuels, avec à la clé une plus grande précision chronométrique.