1. Accueil
  2. Ambassadeurs panerai
  3. Mike Horn
  4. Arktos

ARKTOS

L’expédition la plus difficile jamais entreprise par Mike Horn : le tour du cercle arctique en solitaire et sans véhicule motorisé.

L’EXPÉDITION

20 000 KM

autour du cercle Arctique    

1 000 KM

à travers la Sibérie    

DE -62 °C À +15 °C

les températures extrêmes affrontées par Mike    

200 KG

le poids tracté par Mike sur sa luge    

Le mot Arctique vient du grec ancien arktos qui signifiait « ours ». De fait, la région Arctique correspond bien à l’habitat de l’ours polaire, puisqu’on ne trouve pas celui-ci en Antarctique. La région Arctique s’étend entre le pôle Nord et la latitude 66°33. La ligne imaginaire que l’on appelle le cercle Arctique a été tracée en suivant le bord de la ligne des arbres. Cette ligne irrégulière court entre le 55° parallèle (au Labrador) et le 71° parallèle (en Scandinavie). Le chemin qu’empruntera Mike sera toujours situé au-delà de cette ligne des arbres, dans la toundra, qui est recouverte d’un manteau de glace pendant la majeure partie de l’année.

UN DÉPART ÉMOUVANT

4 août - DÉPART : Cap Nord (Norvège)

UN DÉPART ÉMOUVANT

Le 4 août 2002, Mike Horn se lance dans sa première expédition d’envergure dans les régions polaires : le tour du cercle polaire sans véhicule motorisé ni chiens de traîneau. C’est le début d’Arktos, une aventure que personne n’avait encore tentée. L’objectif : couvrir une distance de 20 000 kilomètres à travers la toundra du Groenland, du Canada, d’Alaska, de la Fédération de Russie et de la Norvège.

LE MAUVAIS TEMPS S’INSTALLE

13 SEPTEMBRE - ARRIVÉE : Illilusar (Groenland)

LE MAUVAIS TEMPS S’INSTALLE

Mike achève la traversée du Groenland. Le mauvais temps s’installe juste au moment où il aborde la calotte glaciaire : fortes rafales, neige épaisse et températures glaciales entravent considérablement sa progression. Après cette entame difficile, les conditions s’améliorent lentement. 

Le vent finit par tourner et Mike peut alors utiliser son kite pour le tirer à skis, ce qui lui permet de parcourir aisément 60 kilomètres par jour. 

DANS LE VIF DU SUJET

30 SEPTEMBRE - ARRIVÉE : Nanisivik, Île de Baffin (Canada)

DANS LE VIF DU SUJET

Mike laisse son voilier à Nanisivik, où il est rejoint par une équipe qui va l’aider à préparer le bateau en vue des intempéries hivernales.

 

Il met pied à terre et la véritable aventure peut commencer. Comme dit souvent Mike, « Il faut constamment regarder devant soi, pas derrière ». Voici une bonne définition du courage et de la détermination.

LE POINT DE NON-RETOUR

26 NOVEMBRE - DÉPART : Baie Arctique, Île de Baffin (Canada)

LE POINT DE NON-RETOUR

« Les conditions sont infernales. L’hiver est arrivé plus tôt que prévu. Malgré cela, Mike défie le vent et la glace tout en tractant sa luge. Bientôt, il atteint le point de non-retour. Tout ce qu’il peut faire, c’est prier pour que les conditions météo s’améliorent... »

« Il faut constamment regarder devant soi, pas derrière ».

- Mike Horn

ARKTOS PANERAI

28 FÉVRIER - ARRIVÉE : Pelly Bay, Canada

ARKTOS PANERAI

Comme le confirme sa montre Arktos Panerai, Mike est dans les temps. 

Une fois arrivé sur la côte ouest de la Committee Bay, il s’octroie même une journée de repos après avoir affronté des températures particulièrement glaciales. 

Ses doigts sont recouverts d’engelures, mais il ne panique pas. « Ça m’est déjà arrivé. Heureusement, la situation reste sous contrôle. ». 

Dans la magnificence des plaines enneigées s'étendant à l'infini devant lui, Mike aperçoit les empreintes d’un ours blanc solitaire. » 

LA GLACE FOND

29 JUIN - ARRIVÉE : Frontière avec l’Alaska

LA GLACE FOND

C’est l’été et la glace fond. Le delta du fleuve Mackenzie est trop dangereux à traverser à pied. Mike est obligé de troquer sa luge contre un kayak, puis de le tracter.

Mike Horn traverse la Copper River qui représente la frontière physique entre le Canada et l’Alaska. 

TOUJOURS DE L’AVANT

5 JUILLET - DÉPART : Kaktovik, Alsaka

TOUJOURS DE L’AVANT

Tractant plus de 200 kilos de vivres et d’équipement, pagayant à travers les eaux glacées, naviguant à grand-peine entre les icebergs, filant à vélo, toujours en mouvement de jour comme de nuit, Mike doit mobiliser toutes ses ressources. 

Son courage et sa détermination demeurent sans faille. Il ne pense à rien d’autre qu’à atteindre son objectif. 

 

Chaque effort et chaque nouvelle étape nécessitent une détermination implacable et une capacité d’adaptation de tous les instants. L’homme et la nature sont engagés dans un combat à la fois intime et pacifique. 

« Je ne pense à rien d’autre qu’à atteindre mes objectifs. »

- Mike Horn

REPOUSSER SES LIMITES

7 AVRIL - Chokurdakh (Russie)

REPOUSSER SES LIMITES

Les bourrasques d’air froid sont parfois si violentes que Mike doit puiser au plus profond de lui-même pour continuer à avancer. 

Repoussant ses propres limites, rassemblant ses dernières forces pour poursuivre son périple, il ne pense jamais à jeter l’éponge ni à tirer un trait sur son objectif. Mike démontre qu’il est à la hauteur de ses rêves insensés.

 

Il doit monter sa tente en moins de vingt secondes s'il ne veut pas geler. La seule source sûre dont il dispose pour connaître l’heure précisément est la montre antimagnétique que Panerai a conçue et réalisée spécialement pour l’expédition Arktos.

MISSION ACCOMPLIE

21 OCTOBRE - ARRIVÉE : Cap Nord (Norvège)

MISSION ACCOMPLIE

L’odyssée de Mike s’achève à midi. Il a fait le tour du monde en suivant le cercle arctique. Un exploit unique et exceptionnel qui illustre tout son courage et toute sa ténacité. 

Il est attendu par sa famille, ses amis et une centaine de journalistes venus du monde entier pour acclamer le héros.

 

Il lui a fallu deux ans et trois mois pour y parvenir.

Comment retracer une aventure aussi extraordinaire ? Seul Mike sait la détermination et le sacrifice de soi dont il a fallu faire preuve.

PANERAI ARKTOS

PAM00092

Panerai a sponsorisé l’expédition de Mike Horn, fournissant à ce dernier une montre spécialement développée pour l'occasion : la Panerai Luminor Arktos. Mike a déclaré : « À ces températures extrêmement basses, tout ce qui était sur moi était gelé. La seule chose qui continuait à fonctionner était ma montre. »

PROCHAINS CHAPITRES :

NORTH POLE

PANGAEA

PROCHAINEMENT

POLE 2 POLE

PROCHAINEMENT